Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Danièle Linhart, avec Fabrice Guilbaud, Annie dussuet, Sacha Leduc (ed.) Pourquoi travaillons nous ? Approche sociologique de la subjectivité au travail Erès, 2008, 336 p.


Pourquoi travaillons-nous ? Qu’est-ce que les salariés investissent d’eux-mêmes au travail ? Pour quelles raisons et selon quelles modalités ? La question que pose cet ouvrage est un enjeu central dans la compréhension du monde actuel, le phénomène des suicides au travail venant nous en rappeler régulièrement les aspects inquiétants.
À partir de dix enquêtes de terrain, les auteurs proposent une analyse de l’engagement subjectif au travail dont le management entend faire, aujourd’hui, un outil de performance. Loin d’être une simple forme d’adhésion ou de subordination aux objectifs de leur entreprise, loin de se limiter à une seule aventure personnelle liée à une biographie particulière, l’implication subjective au travail traduit aussi un engagement envers la société qui autorise à parler de subjectivité collective. De quoi est-elle faite ? Comment se manifeste-t-elle ? Comment est-elle investie par le management modernisateur ? Quel impact a-t-elle sur notre société, et quel impact notre société a-t-elle sur son contenu ?

Sommaire


 
18 mai 2008