Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Print this page

Colloques et journées d’études

4 - 5 April 2019, Pôle Métiers du livre de St-Cloud, Amphithéâtre Annie Béthery

Les Éditions du Seuil : pratiques éditoriales en littérature et sciences humaines depuis 1980

Colloque international et interdisciplinaire soutenu par le projet AHRC de l’IMLR (University of London), le CSLF, l’OEC, l’école doctorale Lettres, langues, spectacles, l’UFR PHILLIA, l’IUT infocom Métiers du livre de Saint-Cloud (université Paris Nanterre), le CNRS, l’IUF, l’UMR Cresppa, et l’université Paris 8.

Organisation : Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart

Argumentaire du colloque

À l’heure où la concurrence des géants du numérique représente un défi majeur pour l’édition, ce colloque sera l’occasion de revenir sur l’évolution du positionnement d’une maison emblématique dans l’espace éditorial français, afin d’analyser les continuités, les ruptures et les lignes de force de ses pratiques éditoriales. Pour mettre en perspective cette évolution dans un contexte de mutation du monde de l’édition, le parti pris est de faire dialoguer plusieurs acteurs de la maison (directeurs.trices, éditeurs.trices, auteur.e.s…) avec des chercheur.e.s spécialisé.e.s en histoire de l’édition, en sciences humaines ou en littérature. Il s’agira de proposer une vision d’ensemble des transformations qui ont pu affecter les lignes éditoriales des collections depuis les années 80-90 jusqu’à nos jours.

Fondées en 1935 et dirigées pendant plus de quarante ans par Jean Bardet et Paul Flamand, les éditions du Seuil sont restées indépendantes jusqu’en 2004. La maison parvient à s’imposer comme le « plus jeune des grands » éditeurs dans les années 1950 puis, à la fin des années 1970, à rejoindre les confrères installés, Gallimard et Grasset, dans le trio des prétendants aux prix littéraires, le fameux « GalliGraSeuil ». Le Seuil est parvenu à concilier rigueur éditoriale et dynamisme commercial, littératures pour un large public (collection Cadre rouge), attention innovante aux littératures étrangères (collection Cadre Vert, principalement animée par Anne Freyer) et avant-garde esthétique (Tel Quel, Change), intérêt pour les mutations du monde (proximités avec Esprit, avec les collections Histoire immédiate de Simonne et Jean Lacouture, Combats de Claude Durand puis L’épreuve des faits d’Hervé Hamon et Patrick Rotman, ou encore avec Science ouverte) et pour les sciences de l’homme les plus avancées (les séries inventées par François Wahl qu’il animera, entre autres, avec Jacques Lacan, Paul Ricœur, Gérard Genette, Nicolas Ruwet, Françoise Choay…). Cette forte présence se poursuit dans les années 1980 sous la présidence très active de Michel Chodkiewicz, qui parvient à réinventer le Seuil après le départ des fondateurs puis, à compter de 1990 avec Claude Cherki, dont le mandat consistera à accentuer encore le développement commercial de la maison avec une diffusion-distribution renforcée, tout comme à poursuivre son développement éditorial (avec notamment le Seuil jeunesse de Jacques Binsztok). À des titres divers, les collections La Couleur des idées (Jean-Pierre Dupuy, Jean-Luc Giribone, Olivier Mongin), La Librairie du XXe siècle (Maurice Olender), Libre Examen (OlivierBétourné), Liber (Pierre Bourdieu) ou Économie Humaine (Jacques Généreux), affichent de nouvelles orientations pour le Seuil. Les littératures pour tous les publics sont largement explorées avec le Cadre rouge et le Cadre vert, Fiction & Cie de Denis Roche (fondée en 1974, puis reprise en 2004 par Bernard Comment) et les nouveaux alliés que sont depuis 1991 L’Olivier animé par Olivier Cohen puis, de 2000 à 2005, Verticales (Bernard Wallet, Yves Pagès et Jeanne Guyon).

Le milieu des années 2000 marque indéniablement un changement de paradigme : les actionnaires historiques du Seuil, emmenés par Claude Cherki, cèdent le Seuil au groupe fondé et dirigé par Hervé de la Martinière. La vente soulève des interrogations, la greffe est longue à prendre et le périmètre de l’entreprise est redéfini par le nouveau patron. Après plusieurs changements de direction, le Seuil déménage en 2010 puis se relancera sous la présidence d’Olivier Bétourné, de retour dans la maison qui l’avait vu découvrir le métier d’éditeur. En 2017, le Seuil passe sous le contrôle de Média- Participations. Le label est aujourd’hui dirigé par Hugues Jallon dont le travail à la tête des Éditions La Découverte est reconnu.

Alors que le catalogue du Seuil comporte plus de 16 000 titres et que la maison publie 350 nouveautés par an dans des secteurs très divers, la littérature et les sciences humaines continuent à cohabiter au sein d’un très grand nombre de collections prestigieuses. Les conditions du renouvellement d’une ligne éditoriale aussi ancienne se posent. La standardisation croissante des biens culturels et les nouvelles logiques de marketing confrontent les éditeurs à un risque d’uniformisation de leur production. Comment les changements du paysage éditorial ont-ils pu modifier les pratiques des acteurs et influencer leurs choix de publication ? Comment le Seuil a-t-il pu s’adapter à ces transformations et garder un cap dans ce contexte ?

Le colloque sera exclusivement centré sur le Seuil et sur la place de la littérature et des sciences humaines dans une maison d’édition pluraliste (nous laissons de côté volontairement les autres secteurs de poids développés dans les années 90, policier, jeunesse…, ainsi que les filiales). Les interventions de professionnel.le.s de l’édition et de chercheur.e.s auront pour ambition de questionner plusieurs axes :

  • Les pratiques éditoriales en sciences humaines : quelles sont les conditions de production des ouvrages en sciences humaines et sociales au Seuil ces quarante dernières années ? De quelle manière la maison accueille-t-elle encore le débat d’idées ? À l’heure d’une croissance inédite du volume de production, de la médiatisation accrue de quelques écrivains au détriment de la plupart, et de la course aux prix, que demeure-t-il de l’effervescence intellectuelle et des débats virulents qui animèrent l’histoire du Seuil des années 1960 aux années 1980 ? Que devient cette part du catalogue ? Comment s’est-elle renouvelée ?
  • Les pratiques éditoriales en littérature française, francophone et étrangère : sur quels critères repose la sélection des manuscrits publiés ? Sur le plan de l’écriture, quels aspects formels et esthétiques orientent les choix éditoriaux ? Quelles suggestions de transformation des manuscrits peuvent être proposées par les éditeurs ? Dans une période de mutation des processus de légitimation des écrivains, comment les éditeurs peuvent-ils préserver et enrichir le capital symbolique de collections littéraires, de plus en plus soumises à des impératifs économiques ?
  • Les circulations entre littérature et sciences humaines et sociales : seront aussi privilégiées les communications croisant ces disciplines. Après le tournant des avant-gardes formalistes dans les années 70, le retour au réel, à la catégorie du sujet, mais aussi à l’histoire, engagé par la littérature contemporaine, génère de multiples circulations entre les disciplines. On pourra explorer notamment les configurations novatrices par lesquelles les sciences humaines et sociales s’invitent dans les textes littéraires publiés au Seuil : comment certains ouvrages, s’inspirant par exemple de faits sociaux, inscrivent-ils en leur sein la reprise de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie ou de la psychologie sociale dans des textes littéraires ? Quels écarts ou quels rapprochements la littérature contemporaine opère-t-elle avec les travaux scientifiques des historiens ou des sociologues ?



  • Jeudi 4 avril

    Matin

    Le Seuil : histoire, héritages, engagement et contexte

    Président de séance : Hervé Serry

    9h45 : Présentation générale du colloque par Sarah Clément, Hervé Serry et Dominique Viart.
    Dialogue avec Hugues Jallon, directeur des Éditions du Seuil, et les organisateurs

    11h15 : Christian Thorel, directeur de la librairie Ombres Blanches : « 1981. Le Seuil au milieu du gué. Des engagements éditoriaux aux engagements commerciaux »

    12h : Flore Roumens, éditrice (Fiction & Cie, numérique…), dialogue avec Sarah Clément, PRAG à l’IUT Métiers du livre de Saint-Cloud et Hervé Serry, directeur de recherche CNRS.


    Après-midi

    Des littératures inventives

    Présidente de séance : Sarah Clément

    14h30 : Corentin Boutoux, doctorant CSLF : « Présentation de la base de données constituée à partir du catalogue en ligne des Éditions du Seuil »

    15h : Olivier Bessard-Banquy, professeur à l’université de Bordeaux, IUT Métiers du livre : « Le Seuil et le pari littéraire ».

    16h : Laurent Demanze, professeur de littérature contemporaine à l’université Grenoble Alpes : « Expérimentations frontalières au Seuil : à proposde la collection de Maurice Olender »

    16h45 : Entretien de Maryline Desbiolles, écrivaine, avec Dominique Viart, membre de IUF, professeur à l’université Paris Nanterre.


    Vendredi 5 avril

    Matin

    Entre théorie et création

    Président de séance : Dominique Viart

    9h30 : Entretien d’Olivier Bétourné, éditeur, ancien Président des Éditions du Seuil (2010-2018), membre du Comité de direction stratégique, avec Hervé Serry

    10h15 : Fanny Lorent, docteure de l’université de Liège : « La collection et la revue Poétique au tournant des années 1980 ». Dialogue avec Andréa Del Lungo, professeur de littérature à l’université de Lille et auteur de la collection Poétique.

    11h15 : Entretien de Tiphaine Samoyault, professeure de littérature comparée, université Sorbonne nouvelle, avec Olivier L’Hostis, maître de conférences associé, IUT Métiers du livre de Saint-Cloud, directeur de la librairie l’Esperluète

    12h : Entretien de Lydie Salvayre, écrivaine, avec Christophe Kantcheff, Rédacteur en chef adjoint de Politis.


    Après-midi

    Littératures francophones et étrangères : une maison d’édition pionnière

    Président de séance : Jean-Marc Moura

    14h30 : Entretien de Jean-Marie Borzeix, journaliste, éditeur, ancien directeur de France Culture, avec Claire Ducournau, sociologue, maîtresse de conférences en lettres modernes, université Paul-Valéry-Montpellier 3

    15h15 : Entretien de David Diop, écrivain, avec Jean-Marc Moura, membre de IUF, professeur de littératures francophones et de littérature comparée, à l’université Paris Nanterre

    16h15 : Martine Van Geertruijden, éditrice de la collection littérature italienne : « François Wahl éditeur et passeur : quand Calvino et Gadda rencontrent Barthes et Lacan »

    17h : Entretien de Anne Freyer, éditrice de littérature étrangère, avec Frédéric Sayer, professeur en classes préparatoires et psychanalyste.