Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Séverine Sofio, avec Lucie Bargel, et al. "(En)quêtes de genre", Sociétés et représentations, n°24, 2007, 392 p.


Ce numéro confronte les approches de doctorant(e)s et de jeunes chercheur(e)s qui se sont rencontré(e)s autour d’interrogations communes sur la place du genre dans la construction de leurs objets d’études, alors même qu’ils et elles travaillent dans des disciplines (histoire, sociologie, science politique) et selon des méthodes et des matériaux d’enquête divers (archives historiques, observations de terrain, entretiens ethnographiques).

Nous entendons ainsi par « genre », non seulement l’ensemble des discours qui produisent la différence des sexes mais, plus généralement, la construction sociale de la différence sexuelle en tant qu’elle s’inscrit dans l’économie des rapports sociaux de sexe, structurés par une domination du « masculin » sur le « féminin », et évolue dans l’histoire et dans l’espace social. L’unité de cette publication autour d’une même définition du genre, appliquée à des champs de recherches très variés, n’est pas le fruit du hasard. C’est le résultat de l’appartenance de la plupart des auteur(e)s à une même génération qui a bénéficié des premiers enseignements institutionnalisés sur le genre en France (Ehess, Ens, Universités Paris I, Paris VII, Toulouse II, Lyon II, …)

Nos recherches sont ainsi traversées implicitement ou explicitement par plusieurs héritages intellectuels : d’abord celui du féminisme matérialiste français, tel que Christine Delphy, Colette Guillaumin, Nicole-Claude Mathieu ou Danièle Kergoat notamment, ont pu le construire. 

- Consulter ce numéro


 
1er avril 2007

Séverine Sofio

Chargée de recherche au CNRS
Cresppa-CSU
Page personnelle