Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Journées d’étude

lundi 24 juin 2019 , Éspé de Paris, amphithéâtre

Journée d’étude « Rapports sociaux et nouvelles technologies en éducation »

Organisée par Artemisa Flores Espínola (Cresppa-CSU), Aurélien Casta (IDHES/Clersé) et Irène Pereira (Éspé de Créteil) et les réseaux thématiques « Sociologie de l’éducation et la formation » (RT4) et « Genre, classe et race : Rapports sociaux et construction de la altérité » (RT24) de l’Association Française de Sociologie, avec le soutien du Cresppa-CSU, de l’Éspé de Paris, de l’Argef et du Parcours connectés - Projet e-Fran.

Les textes officiels postulent souvent d’un effet positif des nouvelles technologies dans la lutte contre les inégalités sociales à l’école, faisant de l’usage des nouvelles technologies appliquées à l’enseignement (TICE) une injonction pour les enseignantes et enseignants-chercheur·es. Pourtant les travaux qui se sont penchés sur l’efficacité des nouvelles technologies appliquées à l’enseignement semblent plus mitigés.
Le propos de cette journée d’étude consiste à réunir et à discuter des interventions qui appréhendent la question des nouvelles technologies en éducation sous l’angle des rapports sociaux dans l’école et hors l’école, en considérant d’emblée leurs utilisateurs et leurs utilisatrices comme des groupes sociaux, des acteurs collectifs en relation ou en conflit les uns avec les autres.



  • Programme

    9h30 Introduction

    Artemisa Flores Espínola (Cresppa-CSU) pour le bureau du RT 24 de l’AFS, Aurélien Casta (IDHES et Clersé) pour le bureau du RT 4 de l’AFS, Nassira Hedjerassi (présidente de l’Association de Recherche sur le Genre en Éducation et Formation et professeure à l’Éspé de Paris)


    10h Session 1

    Les NTIC en éducation au prisme des fractures et de l’équité numérique en France et dans le monde, présidée par Artemisa Flores Espínola
    Genre et numérique : pratiques égalitaires, dispositifs inclusifs, Isabelle Collet (Université de Genève).
    Des jeux vidéo et des adolescents : à quoi jouent les élèves filles et garçons des collèges et des lycées ?, Fanny Lignon (Université Claude Bernard Lyon 1 – Éspé).


    14h Session 2

    Approches critiques du numérique en éducation, présidée par Nassira Hedjerassi
    Intégration ou appropriation ? Une approche critique des usages numériques en éducation, Julie Denouel (Université de Rennes).
    Contre les paradigmes déterministes en éducation : une approche critique des nouvelles technologies éducatives, Cédric Fluckigier (Université de Lille).
    Éducation critique aux médias : une approche par la pédagogie critique, Irène Pereira (Éspé de Créteil, LIS-Upec).


    16h30 Table ronde

    Usages et non-usages des NTIC dans l’enseignement supérieur, présidée par Aurélien Casta
    Vers une démocratisation de l’éducation et de la formation par les MOOC ?, Eléonore Vrillon (responsable R&D chez Unow et chercheure associée à l’Iredu, Université de Bourgogne).
    Universités à l’ère numérique. Vers de nouveaux rapports entre pays du nord et pays du sud, Abdelfettah Benchenna (Labsic – Université Paris 13).
    Critique de l’innovation technopédagogique dans l’enseignement supérieur, Nicolas Roland (Centre de recherche en sciences de l’éducation – Université libre de Bruxelles).